ribere

05/09/2014

SÉQUENCE POÉSIE

caball.jpg

 

Tirée du recueil de poèmes "REFLETS DE VIE" tome 2 de Robert CABALL voici "LA LAVANDIÈRE" (la bugadera)

ce poème a obtenu le 1er prix (forme néo classique) en 2011 aux 28ème joutes poétiques du Roussillon

 

 

LA LAVANDIÉRE

Résonnent les échos de ma tendre jeunesse

Ravivant les émois de la maturité

S'épanche dans mon cœur un élan de tendresse,

Un souvenir fait place çà la réalité

 

Une dame sans âge avance à sa mesure ,

Poussant une brouette arquant sous le fardeau ;

Son visage si doux n'émet aucun murmure ,

Ses petits pas l'entraînent ou frémit un cours d'eau .

 

Je la suis malgré moi : constante gestuelle ,

Elle drape son corps d'un large tablier ;

La corbeille en osier déborde de flanelle ,

Son regard investit un décor familier .

 

Elle reprend son souffle auprès d'un vieux platane ,

Descend quelques degrés pour entrer au lavoir ,

L'aube rosit le ciel , signe de tramontane ,

Ses doigts gourds serrent fort le savon , le battoir .

 

La brassière *,debout , choquant contre sa planche ,

S'efforce de frotter maints crasseux oripeaux ,

Tout comme les grands draps ; mais elle a sa revanche ,

ils claquent lumineux comme autant de drapeaux .

 

Un parcours laborieux : généreuse et altière ,

Remarquable témoin d'un jadis émouvant ,

Sans relâcher un temps l'allure coutumière ,

Vaillante elle a souffert un destin éprouvant .

 

*(brassier , brassière : celui/celle qui louait ses bras)

 

 

lavoir.jpg

l'auteur a dédié ce poème à Françoise MOLINS (sur la photo ci-dessus)

Françoise la dernière "bugadèra" du village est décédée le 11 mars 2006 quelques jours après avoir fêté ses 100 ans

 

 

 

 

 

 

10:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Très beau poème qui me rappelle tant mon enfance et oui j'ai connu le bruit du battoir sur les draps, et j'ai accompagné ma mère dans tous les lavoirs, à VINCA debout le lavoir de la promenade, les autres à genoux, dans ma petite caissette en bois avec mon petit coussin et mon petit battoir faits par mon père et oui !!! Il paraît que j'étais une bonne lavandière !!
Merci encore un joli reportage qui fait chaud au coeur et une pensée pour toutes celles qui sont parties sur l'autre rive, et pour mon FLO qui venait avec sa remorque nous chercher le linge qui pesait tant mouillé et qu'il fallait porter au jardin pour l'étendre..Nous n'avions pas de portable, mais il n'était jamais en retard, mon petit frère qui nous manque tant.
Merci pour ce joli reportage et pour le bien que cela me fait, d'un instant me retrouver à VINCA avec nos souvenirs...

Écrit par : MADO | 16/09/2014

Les commentaires sont fermés.